William Ford: Un message à partager pour les jeunes artistes

Aimee RochardActualités et événements

Il y a un peu plus d’un mois, ma carrière artistique a connu un bouleversement majeur. Je venais de subir une série de rejets, la source de travail était en train de s’assécher, et je n’étais pas certain d’être en mesure de soutenir cette poursuite comme je l’envisageais à ce moment-là.

Puis un jour, le 24 janvier dernier, après une journée de travail de 14 heures, ma perspective s’est élargie. Je travaillais à trois emplois différents pour une production à la Compagnie d’Opéra Canadienne. Quand je suis arrivé à la maison ce soir-là, à 2h du matin, j’ai écrit un post sur Facebook relatant ma journée et comment elle a changé ma définition de la réussite.

À peine quelques jours plus tard, Musical Toronto (publication virtuelle) m’a contacté et demandé s’ils pouvaient partager ce que j’avais écrit avec leurs lecteurs. Le contenu de ce post peut être lu ici : http://www.musicaltoronto.org/2017/01/25/letter-william-ford/#.WIk8nQexSaI.facebook

Pour résumer ma journée avec la production de “Götterdämmerung” avec la COC: j’ai commencé à travailler tôt le matin comme un “lightwalker” (un substitut pour les interprètes alors que l’équipe technique règle les projecteurs pour leurs déplacements sur scène), ensuite j’ai assisté à une répétition comme spectateur pour fin d’étude, et enfin ce soir j’ai chanté lors d’une répétition du spectacle en tant que membre de chorale. Trois types de travail très différents, mais tous reliés à une production commune. Vous pouvez lire ma réponse entière à cette expérience dans l’article ci-dessus, mais pour résumer j’ai réalisé combien mes rêves sont devenus réalité, même s’ils ne ressemblent pas à la réussite que je recherchais.

Peu après, Ashley Boychuk de la “Coalition pour l’Éducation en Musique au Canada” m’a contacté, disant qu’elle avait lu mon post et qu’elle aimerait le partager avec les membres de sa communauté. Nous nous sommes brièvement rencontrés pour discuter de mon expérience, et elle m’a encouragé et inspiré à tirer de mon expérience un message à partager avec d’autres jeunes artistes. À la fin, j’ai pu identifier trois thèmes dans mon expérience qui ont résonné avec moi ce jour-là :

  1. Essayez tout et découvrez une satisfaction dans tout ce que vous faites. Fait intéressant, je n’avais jamais chanté au sein d’une chorale pour un rôle d’opéra, jusqu’à ce que j’aie rejoint la COC. Depuis mon premier contrat, j’ai découvert le bonheur de faire partie de quelque chose de très vaste sans avoir à porter la pression d’être le centre d’attention sur scène. C’est un autre type d’accomplissement qui touche à un éventail plus large de l’art et de la collaboration, que la performance solo n’atteint pas toujours; et même si je continue à rechercher activement les rôles en solo, je prends autant de plaisir à travailler avec des ensembles.
  1. Définir des objectifs multiples offrant différentes possibilités. J’ai appris ceci de mon père, et en ai parlé un peu dans mon post. Torin Chiles, mon professeur à l’Université Western, m’a appris qu’il y a plusieurs chemins différents pour grimper la même montagne. Cette montagne peut être aussi complexe qu’une carrière solo, ou elle peut être aussi simple que de trouver un travail comme participant dans l’industrie de la musique ou l’art de la scène. Je travaille souvent comme barman au Centre Four Seasons, et j’adore y servir les clients. Je sens que je fais toujours partie de leur expérience théâtrale globale.

    J’aime aussi imaginer la trajectoire vers nos rêves non pas comme une route à une seule voie, mais une route à quatre voies où nous pouvons changer de voie pour éviter les obstacles qui se présentent. Je crois que ce que j’ai vraiment appris ce jour-là c’est que la réalisation finale de mes buts inclut divers fragments de chaque version différente des trajectoires imaginées. Pour moi, c’est cela un véritable accomplissement, une vie multicolore, avec teintes dégradées, des degrés de succès variés. N’avoir qu’un seul but réduit non seulement vos chances de l’atteindre, mais parfois vous réalisez que la réalité de ce succès rêvé est différente de ce à quoi vous vous attendiez. Ne laissez jamais les succès et les échecs des autres définir votre sens d’accomplissement de soi, ce qui me mène finalement à mon dernier point :

  1. Cette dernière partie est un peu difficile, mais je pense qu’il est utile de la mentionner. Vous saurez quand il sera temps de passer à autre chose. En fin de compte, cet article dans son ensemble me rappelle que je ne voudrais pas quitter cette carrière même si les choses n’ont pas toujours fonctionné comme je le voulais, et malgré les fréquents obstacles et rejets. Il me fait réviser, apprécier davantage ce que j’ai déjà, et me fait travailler plus dur pour devenir un meilleur artiste. Ce n’est peut-être pas le cas pour tout le monde, et il peut arriver que rediriger votre quête de réussite ailleurs est tout simplement ce que vous avez à faire. J’ai beaucoup de collègues qui ont finalement décidé de poursuivre une carrière en droit, médecine, publicité ou en ventes. Mais vous devez toujours, TOUJOURS reconnaître que peu importe ce qui se produit, vous devriez vous sentir fier et heureux pour votre contribution à l’art de la scène, que ce soit en pratique ou par l’étude. Vous enrichissez la communauté artistique simplement en y participant. Permettez à la communauté artistique de vous enrichir en retour, peu importe le chemin de carrière que vous suivez.

N’oubliez jamais la raison pour laquelle vous avez commencé à vous produire sur scène, et que cela soit présent au coeur de tous les buts poursuivis ou expériences que vous avez.