Regard sur le leadership national des jeunes: Cole Forrest

Aimee RochardActualités et événements

par Sarah Veber

Un jeune autochtone vivant dans le nord de l’Ontario, Cole Forrest cherche à partager son identité à travers différentes formes d’art. Cole a grandi sporadiquement sur et hors de la réserve de la Première Nation de Nipissing près de North Bay, en Ontario. Dès son jeune âge, la musique devint une part intégrale de son éducation et de sa culture, grâce à des membres de sa famille qui l’ont introduit à des styles de musique différents. Son entrée dans les arts provient aussi de sa participation au Big Medicine Studio sur la réserve de la Première Nation de Nipissing, et avec Clayton Windat, Penny Couchie et Sid Bobb.

La curiosité de Cole lui a permit de se développer musicalement par l’exploration de la technologie, et en touchant à plusieurs instruments à l’école. Il est reconnaissant envers ses professeurs Mme Mcdermott et Mme Sunstrum de l’avoir guidé tout au long de son éducation musicale. Cole est resté dans le Nord de l’Ontario à poursuivre des études dans un programme de production de films numériques au collège Sault à Sault Ste. Marie. Un artiste multidisciplinaire, le théâtre, l’improvisation et l’écriture sont parmi ses intérêts. Pour Cole, le film semblait être le meilleur médium pour combiner ses nombreux talents.

Certaines personnes semblent avoir un talent pour le partage et l’exploration de la culture à travers les arts. Cole fait certainement partie de ce groupe. Il a écrit un recueil de poèmes intitulé “fashion show”, dans lequel il exprime ses expériences à l’école secondaire et comment elles l’ont transformé. Cette collection de poèmes est présentement en cours de publication. Par ailleurs, Cole a récemment créé un court métrage intitulé “Tresses”. Ce projet multimédia a été inspiré par un livre qui était dans sa famille depuis de nombreuses années appelé ‘Histoire des Indiens Ojibwés,’ écrit par le Révérend Peter Jones. Tout au long du film il explore, d’un point de vue personnel, ce que signifie être un autochtone en Ontario. Ne manquant jamais d’idées pour des projets, Cole a indiqué que de nouvelles initiatives seraient dévoilées dans un avenir proche.

Le travail de Cole, utilisant les arts comme moyen d’expression, ne passe pas inaperçu. Il a été l’un des six étudiants autochtones à recevoir cette année le Prix James Bartleman pour la création littéraire des jeunes Autochtones, en reconnaissance de sa poésie. Les pièces présentées ont été sélectionnées à même son spectacle de théâtre d’un acte intitulé “Speaking Minds, Spoken Words,” écrit en préparation du Festival de Théâtre Sears de l’Ontario, à Toronto, cette année. Un des textes soumis, “Brown Skin,” exprime les frustrations de ne pas savoir exactement ce que signifie d’être autochtone. L’autre soumission, “Grand-mère”, est le récit personnel du décès déchirant d’un membre proche de la famille. En bout de ligne, Cole a reçu le prix pour sa sincérité et sa capacité de laisser parler son coeur par la poésie.

Non seulement Cole exprime-t-il sa propre histoire à travers les arts, il aide les autres à le faire également. De concert avec le support de la Coalition, Cole a récemment lancé un projet de trois ans pour célébrer les arts au sein des Premières Nations. Il a initialement pris contact avec le groupe de North Bay lors d’une table ronde tenue en 2014. De là, il a été invité à donner une présentation dans le cadre d’un groupe spécial en 2015 lors du premier Symposium annuel du Réseau des jeunes pour la musique à Toronto. Présentement dans la première année de son nouveau projet, l’objectif est de mener des recherches et de recueillir des idées et des histoires de jeunes Autochtones afin de mieux répondre à leurs besoins, et à planifier un avenir abondant dans les arts. Cole cherche à faire participer les jeunes, à discuter de leur culture et de l’impact que la musique et la danse ont dans leurs communautés. Le désir de Cole est de répondre à un besoin pour les arts dans le Nord où les budgets pour le faire n’ont pas nécessairement été disponibles dans le passé.

Étant un artiste qui exprime et décrit la vie à travers les mots, Cole encourage les jeunes à documenter tout ce qui se passe dans leur vie. “Vous avez besoin de passion pour faire de l’art”, explique Cole. Notez chaque idée, même celles que vous seriez tentés de rejeter comme étant mauvaises. Pour Cole, il n’y a pas vraiment de mauvaises idées. Vous ne savez jamais qui va aimer vos idées un de ces jours. La vie est faite d’idées et de créativité.