Leadership National des Jeunes: David Lee

Aimee RochardActualités et événements

Sarah Veber 

L’industrie de la musique peut être difficile à naviguer, surtout au-delà du filet de sûreté que fournissent les institutions post-secondaires. Pour David Lee, l’enseignement de la musique ne se réduit pas à la maîtrise d’un instrument. Il s’agit aussi de fournir des opportunités de performances et de réseautage aux jeunes musiciens qui travaillent à faire avancer leur carrière après l’obtention d’un diplôme.

Cet constat a finalement mené à la création du Festival de Jazz des finissants de premier cycle de Toronto. L’expérience de David avec la planification d’événements dans l’industrie de la musique, a certainement été un atout pour la réussite d’un tel projet à grande échelle. Originaire de la Corée du Sud, David s’est mis dans la tête de jouer de la batterie après l’avoir vue en action dans une église locale. Ce moment-là marqua le déclic de sa passion pour la musique. N’ayant pas les ressources ou les fonds nécessaires pour poursuivre l’apprentissage de la musique après cela, il a réussi à convaincre un professeur de lui donner gratuitement 3 mois de formation. Après avoir terminé l’université, David a passé 7 ans à organiser des spectacles et festivals de musique en Corée du Sud. Il a rapidement trouvé sa place au sein de l’industrie musicale.

Après sept ans dans ce domaine, David a entendu un groupe de jazz canadien à l’un de ses événements. Le groupe était composé de professeurs du collège Humber, dont Mark Kelso, avec qui il voulait étudier. Inspiré et étonné, David s’est enquis de la possibilité d’aller étudier au Canada. Le jour suivant il a auditionné et a été accepté immédiatement.

Après avoir passé quelques mois à apprendre l’anglais et naviguer l’industrie de la musique à Toronto, David a été invité à participer au Symposium de la Coalition pour l’éducation en musique en 2015. Et c’est là qu’il a enfin rencontré des gens qui partagent ses idées et sa passion. David a été impliqué avec la Coalition depuis, et a favorisé l’appréciation de la musique au sein de sa communauté.

La vision de David était de fournir aux jeunes musiciens l’occasion de mettre en valeur leur talent et de collaborer avec des artistes au-delà des murs de l’école. Créer un vaste réseau de connexions et acquérir un nombre de compétences est important pour tout musicien afin de naviguer le monde réel et développer une carrière au-delà de l’obtention d’un diplôme. Le Festival de Jazz des finissants de premier cycle de Toronto fait exactement cela en offrant des opportunités de performances payées et de nombreux ateliers dans un lieu commun. David, avec l’aide de nombreuses personnes dévouées, a réalisé sa vision en 2015 avec le tout premier Festival de Jazz des finissants de premier cycle de Toronto.

David attribue son succès à beaucoup de travail et de planification. Son conseil pour toute personne à l’école est de faire des plans à long terme ; planifier 10, 20, voire 30 ans dans l’avenir. Trop souvent, les élèves ne sont pas sûrs de ce qu’ils vont faire après l’école. David croit passionnément que cela peut être évité par l’établissement d’objectifs futurs et l’élaboration de plans de vie pour l’avenir. Identifier une passion et la poursuivre.

Le Festival de Jazz des finissants de premier cycle de Toronto s’est fixé de grands objectifs. Le premier étant de faire voyager le concept du festival au-delà du Canada et de rassembler des musiciens internationaux de divers horizons. Le succès de David est la preuve que quand on veut, on peut.